La convention AERAS est un dispositif mis en place pour faciliter l’acquisition d’un prêt aux personnes avec un antécédent médical. Elle définit la liste des maladies autorisées pour la souscription à une assurance emprunteur auprès d’un organisme financier. Découvrez ici les conditions d’octroi du droit à l’oubli pour un particulier.

Quelques pathologies concernées par le droit à l’oubli ?

Le droit à l’oublie accorde à certains particuliers la possibilité de jouir d’une assurance emprunteur pour couvrir leurs différents besoins. A cet effet, le dispositif Assuré et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé (AERAS) établit une grille de référence maladie.

Le cancer

Initialement, le cancer était la seule pathologie pouvant déboucher sur un droit à l’oublie aux nouveaux assurés selon L’AERAS. Cette dernière a néanmoins pris le soin de définir les formes de tumeurs concernées par cette disposition. Il s’agit notamment du cancer de testicule, de la thyroïde, du col de l’utérus et quelques mélanomes de la peau. A noter que ce type de droit à l’oublie donne la possibilité de faire abstraction de déclaration d’un cancer guéri depuis une décennie.

Hépatite C et hépatite virale chronique (VHC)

L’hépatite C se manifeste par une inflammation du foie causée par un virus, le VHC. En raison de ses effets néfastes et le nombre de victimes, l’AERAS l’intègre à la grille de droit à l’oubli. Dorénavant, ils pourront solliciter de la part des assureurs du marché une assurance emprunteur adapté à leurs besoins. Une vraie aubaine pour rehausser leur pouvoir d’achat et amoindrir leurs difficultés économiques.

Infection par le VIH

Une autre maladie récemment inscrit à la grille du droit à l’oubli est l’infection par le VIH. L’AERAS à travers cette disposition entend réduire davantage les discriminations faites à l’endroit des sidéens. Ils pourront alors mieux s’occuper de leur traitement qui nécessite parfois assez de moyens et se procurer une bonne hygiène de vie. Avec une assurance emprunteur à leur actif, ils pourront aussi faire face à d’autres occupations du quotidien.

Les conditions pour bénéficier du droit à l’oubli ?

La première condition pour jouir du dispositif de l’AERAS est de souffrir d’une maladie appartenant à la grille de pathologie définie. Aussi, il faudra que la thérapie mis en place par le médecin pour les soins soit compatible avec les normes des autorités. Ce délai varie, bien évidemment d’une affection à une autre selon l’ampleur des dégâts engendrés sur l’organisme. En outre, le droit à l’oublie sera accordé dans le cadre :

  • D’un prêt immobilier à caractère personnel
  • Un prêt en dessous de 320.000 €
  • Une échéance de remboursement avant les 71 anniversaires de l’assuré.

Avant de lancer la souscription d’une assurance emprunteur avec un antécédent médical, il est préférable de contacter un conseiller financier. Ce dernier sera utile pour choisir une offre adaptée à vos besoins et moyens financiers.

Quelles maladies sont exclues par le droit à l’oubli ?

Comparativement à ce que pourrait imaginer l’opinion, toutes les affections graves ne sont pas concernées par le droit à l’oubli. A titre indicatif, la dépression, la hernie discale, la lombalgie, l’infarctus et les sciatiques sont exclues. Cependant, l’AERAS envisage prochainement élargir le dispositif à d’autres maladies pour offrir une meilleure accessibilité